Construire aujourd'hui, pour demain:

Le développement durable: «agir local, penser global»

trois_piliers_DD

Les aspects essentiels du développement durable, sur les capacités de la planète et les inégalités d'accès aux ressources posent des questions philosophiques et éthiques.

Hans Jonas avança l'idée selon laquelle le modèle économique de l'Occident pourrait ne pas être viable sur le long terme s'il ne devenait pas plus respectueux de l'environnement. En effet Jonas posa l'idée d'un devoir vis-à-vis des êtres à venir, des vies potentielles et « vulnérables » que nous menaçons et il donne à l'homme une responsabilité.

Jean Bastaire voit l'origine de la crise écologique chez Descartes selon qui l'homme devait se « rendre comme maître et possesseur de la nature ». Au contraire, la géographe Sylvie Brunel critique le développement durable, car elle y voit une conception de l'homme comme un parasite, et la nature comme un idéal. Or, pour elle, l'homme est souvent celui qui protège la biodiversité, là où la nature est le règne de la loi du plus fort, dans lequel « tout milieu naturel livré à lui-même est colonisé par des espèces invasives ».

La formule « agir local, penser global », employée par René Dubos au sommet sur l'environnement de 1972, est souvent invoquée dans les problématiques de développement durable. Depuis quelques décennies, les ONG environnementales et des leaders d'opinions comme Nicolas Hulot ont sensibilisé l'opinion publique sur les enjeux de l'environnement et du développement durable.

BOIS&CO s'engage, elle aussi, dans une démarche de développement durable. En effet, elle fait appel en priorité à des fournisseurs locaux.

Les maisons BBC

Le terme bâtiment de basse consommation (BBC) sous-entend un bâtiment dont la consommation énergétique nécessaire à son chauffage est améliorée, comparée à des habitations standards.

Un bâtiment basse consommation selon la réglementation RT2012 est un bâtiment dont la consommation conventionnelle en énergie primaire pour le chauffage, le refroidissement, la ventilation, la production d'eau chaude sanitaire, l'éclairage et les auxiliaires techniques (pompes...) est inférieur de 80% à la consommation réglementaire.

Les 6 grands principes pour atteindre cet objectif sont :

  1. Une conception bioclimatique de votre maison (compacité, orientations, traitement des façades par orientation, apport de lumière naturelle) permet d'approcher à moindre coût cet objectif.

  2. Une forte isolation thermique de 30 cm pour le toit, 20cm minimum pour les murs, réduira considérablement les besoins en chauffage. Cette isolation sera de préférence extérieure en cas de façades maçonnées ou béton pour préserver l'inertie ou répartie en cas de construction de façades à ossature bois; le but étant de limiter les ponts thermiques.

  3. Une parfaite étanchéité à l'air de l'enveloppe extérieure et des réseaux. En plus de limiter les pertes de chaleur par des fuites d'air directes, cette mesure permet de garantir la meilleure pérennité du bâtiment à terme (isolants, structure, etc.).

  4. Une bonne performance des équipements techniques (éclairage, chaudière, pompe...) est étudiée pour obtenir le meilleur rendement (pas de surdimensionnement).

  5. C'est seulement ensuite que la question du mode de chauffage se pose. Gaz, bois, géothermie (électrique), pompe à chaleur (électrique), etc. La réglementation impose, au-delà d'une certaine surface, une étude comparative sur 20 ans des différents moyens de chauffage à disposition en considérant les augmentations prédites du coût des énergies. Elle impose également une possibilité de réversibilité du mode de chauffage.

  6. Les énergies renouvelables, bien que très vertueuses, n'apportent que de faibles économies en comparaison des points sus-cités. Il faut préciser que la pose de capteurs photovoltaïques ne réduit pas les consommations d'un bâtiment et que les capteurs pour l'eau chaude sanitaire doivent être bien dimensionnés pour ne pas surchauffer et donc se dégrader en été.

Les arguments techniques des constructions bois

Les constructions bois et tout particulièrement les logements à ossature bois sont unanimement reconnus pour leurs performances thermiques de haut niveau, dues à la combinaison du matériau bois utilisé en structure avec des isolants thermiques performants qui s’intercalent entre les montants verticaux.

Cette excellente isolation thermique est, de plus, parfaitement compatible avec une architecture contemporaine faite de grandes surfaces vitrées.

Bien isolée thermiquement, la maison bois est également performante en matière phonique, qu’il s’agisse de bruits aériens (bruits en provenance de l’extérieur) ou de bruits d’impacts (bruits dus à la marche, aux déplacements ou à la chute d’objets, à l’intérieur de la maison).

L’isolant placé dans les murs, entre chaque montant d’ossature, absorbe les bruits aériens, permettant une très grande efficacité acoustique et donc des performances de premier ordre.

Pour les bruits d’impacts, des solutions techniques extrêmement performantes existent en construction bois, permettant de répondre à la réglementation acoustique (NRA) et de réaliser des immeubles collectifs et des hôtels avec des planchers bois.

BOIS&CO © copyright 2011 - 2018, Tous droits réservés. Réalisation: "Atya"Site validé HTML5 CSS Valide !